header wiki – Huis van de Nijmeegse Geschiedenis

21 La Paix de Nimègue

Uit Huis van de Nijmeegse geschiedenis

Ga naar: navigatie, zoeken
Période: 
Régents et monarques
1672 fut une année catastrophique: Des troupes françaises s’emparèrent d’une partie des Pays-Bas orientaux, dont Nimègue. C’était la guerre. Pendant deux ans, les Français occupèrent la ville. Ensuite, la guerre se poursuivit ailleurs durant quelques années, jusqu’à ce que les négociations de paix commencent en 1676. Nimègue fut choisie pour les héberger.

La paix de Nimègue (1678-1679) mit fin à un conflit de plusieurs années entre les Provinces-Unies, la France, l’Espagne et leurs alliés. Initialement, les Provinces-Unies étaient en position défavorable. Mais la donne changea lorsque le roi français Louis XIV se heurta à la ligne de défense hollandaise et l’amiral Michiel de Ruyter parvint à vaincre l’Angleterre, alliée de la France. Lorsque le roi d’Angleterre fit la paix avec les Provinces-Unies en 1674, Louis comprit que ses projets d’invasion avaient échoué. S’ensuivit alors un jeu d’influences pour choisir la ville qui abriterait la conférence de paix. Après avoir constaté que Cologne n’était pas assez sûre, et éliminé également Londres, Breda et Kleef, on choisit Nimègue comme compromis. Mi-1676, les nombreux représentants de l’empereur, des rois, des républiques, des princes et autres souverains arrivèrent en ville. Les Nimègois n’en croyaient pas leurs yeux. Ils furent très impressionnés par l’ambassadeur papal qui, vêtu d’une soutane pourpre avec une croix pectorale de diamant, fit son entrée avec trois véhicules et un cortège de laquais. L’attraction suivante fut la venue de la délégation française. Les ambassadeurs portaient de magnifiques costumes très onéreux, roulaient dans de splendides véhicules et avaient une suite de soixante chariots chargés à craquer. Il arriva encore cinquante autres médiateurs avec famille et personnel. Ils s’installèrent dans les maisons les plus chiques de la ville. Les ambassadeurs néerlandais dans le Doddendaal, les Français à la Burchtstraat, les Espagnols à la Houtstraat, les Anglais à la Begijnenstraat et les Suédois à la Lange Hezelstraat. La ville dut avoir fière allure durant ces mois, avec toutes les armoiries princières et blasons d’ambassadeurs décorant les façades de leurs résidences.

Avant de pouvoir négocier, on dut fixer toutes sortes de règles concernant les titres et les formules d’appel. En effet, le rang d’un diplomate indiquait la position qu’il souhaitait occuper dans le rapport de force avec ses adversaires. Les pourparlers purent ensuite commencer jusqu’à ce que la paix entre les Provinces-Unies et la France soit signée le 11 août 1678. Durant les mois suivants, les autres pays signèrent leurs traités de paix. De nombreuses gravures, tableaux et médailles sont dédiés à la Paix de Nimègue, mais ils se réfèrent à peine à la ville. Sur quelques tableaux, on voit, tout au plus, la «Treveszaal» de la mairie. La ville, son armoirie ou la silhouette de Nimègue ne se voient bien que sur des médailles néerlandaises.
Canonicoon21.jpg
Brièvement le centre de l’Europe
1672-1679
Henri Gascard, La paix de Nimègue, 1679 (MHV)

21 gascarvrede.jpg

Source: Jac Geurts, dans: De Canon van Nijmegen, Uitgeverij Vantilt (Nijmegen 2009)
KENNISBANK
Verder graven in de historie van stad en omgeving
FACEBOOK
Op de hoogte blijven van het laatste nieuws van het Huis
EDUCATIE
Projecten en maatwerk voor het onderwijs
VERHALEN
Verteld verleden