header wiki – Huis van de Nijmeegse Geschiedenis

3 Un seigneur de guerre local

Uit Huis van de Nijmeegse geschiedenis

Ga naar: navigatie, zoeken
Période: 
Grecs et Romains
Vers 400 av. J.-C., un seigneur de guerre local trouva sa dernière demeure près de l’actuel Keizer Traianusplein. On l’y enterra avec son char de guerre, le seul modèle préhistorique découvert aux Pays-Bas.

Bien avant que les Romains n’installent leurs premiers campements aux bords du Waal, cet endroit était déjà occupé par un peuple belliqueux. C’est ce que démontrent les armes retrouvées dans différentes tombes contenant des restes d’incinération du 5e et 4e siècle av. J.-C.. Elles avaient été déposées non brûlées avec les ossements recueillis par les survivants parmi les cendres des défunts. L’une de ces tombes au moins abritait un guerrier d’élite local. Elle contenait, outre des armes, un harnais. De son vivant, il avait certainement eu des liens avec des Celtes des Ardennes ou du Hunsrück-Eifel, où de tels véhicules manœuvrables étaient courants lors des combats. Pour le fier propriétaire nimègois, il suffisait peut-être de parader avec sa parure sur les rives du Waal pour impressionner ses partisans. Ce guerrier pourrait avoir été le rival d’une autre célébrité régionale, dont les cendres ont été retrouvées à Overasselt. Son urne était un seau de bronze d’origine étrangère. Durant sa vie, ce seau a certainement grandement contribué à entretenir son réseau social, comme en témoignent les orgies tenues par l’élite celtique dans le sud du pays. La tombe contenait encore, entre autres, un gobelet de bronze, des fers de lance ou de flèche, un harnais et une broche (à manteau) en fer.

Le nord du Waal était également habité vers 400 av. J.-C., mais les restes suggèrent moins de pratiques guerrières. Les sépultures retrouvées dans la Betuwe ne contiennent pas d’armes, mais d’autant plus de bijoux. C’est aussi le cas à Nimègue-Nord. Dans un petit cimetière à l’angle de Turennesingel et Laauwikstraat, on a retrouvé un fragment de collerette dans une cavité contenant des restes de crémation. C’est également dans ce cimetière que reposait l’ «Homme de Lent», un homme apparemment excentrique, qui fut enterré sans être incinéré. Près de son crâne gisaient encore sa boucle d’oreille et ses anneaux de tresse en bronze. Mais la paix ne règne pas sur ce personnage non plus: On a retrouvé au-dessus de lui un homme face au sol, le bras gauche dans son cou comme pour parer à un coup fatal…
Canonicoon3.jpg
Tombes de l’ère glaciaire
Vers 400 av. J.-C.
Reconstruction d’un char de guerre de l’âge du fer (MHV)

03 strijdwagen.jpg

Source: Peter van den Broeke, dans: De Canon van Nijmegen, Uitgeverij Vantilt (Nijmegen 2009)
KENNISBANK
Verder graven in de historie van stad en omgeving
FACEBOOK
Op de hoogte blijven van het laatste nieuws van het Huis
EDUCATIE
Projecten en maatwerk voor het onderwijs
VERHALEN
Verteld verleden