header wiki – Huis van de Nijmeegse Geschiedenis

34 NEC (Fr)

Uit Huis van de Nijmeegse geschiedenis

Versie door RAN2 (overleg | bijdragen) op 25 aug 2011 om 13:23
(wijz) ← Oudere versie | Huidige versie (wijz) | Nieuwere versie → (wijz)
Ga naar: navigatie, zoeken
Période: 
Guerres mondiales
L’histoire de NEC est celle d’un petit club populaire sans terrain propre. NEC se développa en une association de football de niveau national.

Quelques jeunes pleins d’initiative des quartiers populaires créèrent en 1900 un club de football qu’ils baptisèrent Eendracht. Ceci était déjà spécial en soi, car le football était encore, à l’époque, réservé aux riches, comme le prouvait la chique association «Nijmeegsche Cricket-, Voetbal- en Athletiekvereniging Quick». Et comme cela se passerait dans un livre d’enfance, Eendracht réussit bientôt son entreprise. Le petit club domina vite Nimègue, et plus tard, également la Gueldre, ce qui lui valut de grimper en Seconde Classe de la compétition nationale. En 1910, Eendracht fusionna avec un club encore plus jeune: Nimègue. Celui-ci avait été créé par les anciens membres de Quick qui ne se sentaient plus chez eux dans cette association élitiste. Après la fusion, le club fut rebaptisé Nijmegen Eendracht Combinatie, ou NEC. NEC débordait de qualités footballistiques, mais pas de moyens financiers. Le club n’avait pas de riches adhérents. Il n’appartenait ni au clan protestant-libéral, ni au clan catholique de Nimègue. Dans les cercles hostiles au club, tels que la mairie, on le traita rapidement d’association socialiste, ou même communiste. Jusqu’aux années vingt, le club n’avait pas son propre stade et les matchs devaient à chaque fois se jouer sur un terrain différent. Après avoir frappé des années durant à la porte de la Première Classe, NEC put enfin y entrer, en 1936. Plusieurs fois, le club fut le champion de l’ouest du pays et deux fois, en 1939 et 1947, troisième des Pays-Bas. En 1945, NEC s’établit au Goffert, autrefois le troisième plus grand stade du pays après le Stade Olympique d’Amsterdam et le Kuip de Rotterdam. Au départ, lorsque le club enchaînait les victoires, la grande capacité du nouveau stade n’avait que des avantages (public nombreux et donc plus de recettes). Il se montra bien plus froid et morne dans les années cinquante, lorsque la cote de NEC baissa et avec elle, le nombre de spectateurs.

Lors de l’introduction du football professionnel aux Pays-Bas (1954), NEC se trouvait dans un gouffre sportif et financier. Le club allait se morfondre pendant des années au bas de l’échelle du football professionnel. Grâce, entre autres, à l’aide financière de la commune, NEC se releva dans les années soixante. En 1964, le club fut promu en Première Division et trois ans plus tard, dans l’Eredivisie (championnat national). Dès lors, la fierté de Nimègue connut des hauts et des bas (les relégations et promotions se succédant parfois à grande vitesse), mais le nom de NEC s’imposa tout de même dans le monde du football national, avec des joueurs célèbres tels que Jan Peters et Frans Thijssen. Au début des années soixante-dix, le Goffert attirait en moyenne 18000 spectateurs. Quatre fois, NEC atteint la finale (1973, 1983, 1994, 2000), et il perdit autant de fois. Une fois, NEC s’éleva même sur le podium européen.
Canonicoon34.jpg
Du petit club populaire à la première division
dès 1900
Photo de groupe de l’équipe de football De Eendracht, précurseur de NEC, vers 1905-1906

34 eendracht.jpg

Source: Jan Brabers, dans: De Canon van Nijmegen, Uitgeverij Vantilt (Nijmegen 2009)
KENNISBANK
Verder graven in de historie van stad en omgeving
FACEBOOK
Op de hoogte blijven van het laatste nieuws van het Huis
EDUCATIE
Projecten en maatwerk voor het onderwijs
VERHALEN
Verteld verleden